La mort des zostères de Monteau

En 2017, j’avais découvert au nord de la plage de Monteau une dizaine de taches de zostères naines. On peut voir dans cet article du blog précédent que les taches étaient bien visibles au drone.

La crise dystrophique de l’été 2018 a durement frappé cet endroit : au printemps 2019 les taches étaient clairement plus pâles au drone et en plongée on ne voyait plus que de rares feuilles où c’était jadis florissant, comme en attestait cet autre article. Les mottes commençaient à s’aplanir. En août j’avais vu une timide reprise.

En ce mois de mai 2020, la mort de ces taches est avérée : plus rien n’est visible du drone et en plongée les mottes sont quasiment aplaties et seules quelques moules ou gracilaires (pour les plus au nord) marquent encore ces endroits.

plus aucune tache…
A la place des zostères, seulement des moules (ce qui est mieux que rien)
une autre (ancienne) tache parmi celles qui étaient le plus au sud
sur les taches les plus au nord, on trouve aussi des gracilaires et des bouts de bois…
Une autre tache septentrionale, avec gracilaires et branches d’arbre…
On peut trouver 4 petits plants au pied de la falaise, parmi des pierres…

Que retenir de cette sortie ?

Les taches de zostères de Monteau n’ont pas survécu à la crise de l’été 2018, malgré une année 2019 plus favorable lors de laquelle quelques feuilles avaient encore été vue.

Les gracilaires et surtout les bouts de bois des taches les plus septentrionales me laissent penser que l’intuition de Bernard Roux (chercheur du CNRS qui a encadré des modélisations 3D à maille fine de l’étang de Berre) était juste :

  • il avait remarqué des quand le mistral souffle il génère un courant nord-sud en surface au milieu de l’étang et le long des plages plus ou moins parallèles au mistral, comme le sont Figuerolles ou Monteau, mais il crée aussi des contre-courants sud-nord au fond de l’étang.
  • Entre les 2 et donc notamment au large des plages orientée nord-sud il y a des bandes plus calmes où peuvent s’accumuler des branches gorgées d’eau, des déchets divers… ou des boutures ou des graines de zostères.
  • Ces endroits pouvaient sans doute être favorable à l’installation de zostères.

Les installations zostères de Monteau avant 2017, ou de Figuerolles encore maintenant, semblent bien suivre cette logique.

Dans le cas de Monteau, l’été 2018 les a tuées. L’avenir dira si d’autres s’installeront.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s