Les moulières de Ferrières

Un article un peu esthétique, un peu biologique… et un peu polémique pour rappeler à la ville de Martigues que le géotextile étalé en 2008 est toujours au fond de l’anse et que, dans le dossier Unesco, ce n’est pas sûr que ça fasse bien…

Un filet anti-algues idéal pour la captation des naissains

En 2019 (je crois) un filet a été installé au nord de l’anse, en face de la piscine. Il part de la côte perpendiculairement sur une centaine de mètres. Son rôle est, selon toute vraisemblance, de bloquer les ulves dérivantes qui viennent parfois s’échouer sur cette plage très fréquentée depuis sa réouverture en 2017.

Contrairement au filet installé sur la plage de Massane (St-Mitre-les-Remparts) le filet de Ferrières va jusqu’au fond. C’est sûr que c’est mieux pour arrêter les ulves puisque celles-ci dérivent au fond de l’eau à partir du moment où elles se sont fait arracher de leur lieu de naissance…

Par contre, ce que ces concepteurs n’avaient sans doute pas prévu, c’est que le filet se chargerait vite de moules, au point de l’opacifier en large partie. Actuellement les naissains forment sur le filet des motifs fractals assez esthétiques. Rajout du 21 juin : suite à discussion avec des employés de la ville, ils savaient que ça arriverait et nettoient régulièrement le filet de ses naissains.

Les naissains de moules fixés sur le filet dessinent d’étranges motifs…

..

Un géotextile qui a perdu ses moules

En 2008 un géotextile a été installé au fond de l’anse comme première étape d’un comblement de l’anse. Ce comblement a été juridiquement empêché mais le géotextile a été laissé et il est toujours en place. Alors qu’il a longtemps été le lieu de fixation de moules et d’algues, en ce mois de mai 2020 il n’a aucune algue et très peu de moules. La crise dystrophique de l’été 2018 a été particulièrement violente dans cette anse qui semble ne s’en remettre que très lentement. Du coup on voit particulièrement bien le textile. Il se délite par endroits. Je vais questionner la ville de Martigues sur la matière de ce géotextile et la pollution possible lors de sa fragmentation…

Je rappelle que la ville de Martigues est le principal soutien d’une association qui vise à faire classer l’étang de Berre au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les bureaux de cette association sont à 200m à vol d’oiseau de l’anse. Je les questionnerai aussi…

Un bourrelet du géotextile, recouvert de moules

rajout du 15 juin : j’ai envoyé un courrier à la ville de Martigues (avec copie à l’association Étang de Berre Patrimoine Universel) :

Des taches de zostères devenues moulières

L’anse de Ferrières a possédé entre 2013 et 2018 quatre taches de zostères, de quelques m² chacune. Ces taches n’ont pas résisté à la crise dystrophique de l’été 2018 et, comme au large de la plage de Monteau à Istres, on ne reconnaît l’endroit où elles étaient que par la butte en forme en croissant où ce qui reste du rhizome retient le sédiment et où des moules ont pu s’installer.

Ex tache de zostère, repérable par la butte que forme encore le rhizome mort
Moules dans le rhizome mort…

…et comme toujours les rochers du bord…

Bon, comme partout sur l’étang sur le moindre rocher peu profond on voit aussi des moules et, comme sur cette photo, souvent de jolies blennies paon, à la fois curieuses et peureuses comme elles sont toujours…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s