La crise dystrophique de l’été 2018 et la pertinence de transplanter les zostères

L’étang de Berre a connu une grave crise dystrophique pendant l’été 2018 (voir cet article du blog que j’animais précédemment) et la pertinence de transplanter des zostères marines dans un écosystème encore trop instable m’est régulièrement posée.

En effet, les quelques plants de zostères marines connus à l’époque dans l’étang sont morts lors de cette crise, à part un petit au fond de l’anse du Ranquet, planté par 50cm de fond. Planter des zostères pour qu’elles meurent à la prochaine crise ne semble pas très pertinent…

La crise dystrophique de 2018

J’ai récemment reçu la courbe ci-dessous qui me semble la plus claire pour expliquer ce qui s’est passé en 2018, par rapport aux autres années.

Cette courbe vient du CRIIAM SUD, qui mesure régulièrement l’humidité du sol à Bonnieux dans le Lubéron.

Le climat du Lubéron n’est pas exactement celui de l’étang de Berre ou de son bassin direct (Touloubre et Arc), mais quand même suffisamment proche pour qu’on utilise cette courbe comme étant celle du bassin.

L’humidité des sols à 1m est largement liée à la pluie, on voit sur cette courbe :

  • que l’année 2018 a été particulièrement humide, avec des sols restés humides jusqu’au 15 juin, alors que pour une année moyenne ils s’assèchent dès début mai.
  • que l’année 2017 (et le début de 2021) était particulièrement sèche, cette sécheresse débutant avant mai et se prolongeant jusqu’à fin décembre, alors qu’en moyenne, cette humidité remonte en novembre
  • qu’en 2018 il y a eu un été exceptionnellement humide, avec remontée de l’humidité du sol (à 1m comme le mesure le CRIIAM SUD) au delà de 80%, alors que d’habitude l’humidité du sol reste en dessous de 20% jusqu’en octobre. A priori ce sont surtout des orages.

Ainsi, pour moi, sur l’étang de Berre les événement suivants se sont succédé :

En mai et juin 2018, l’étang a reçu de ses tributaires naturels (Arc et Touloubre essentiellement) beaucoup plus de nutriments que les autres années.

Ce surplus de nutriments est à la base de la crise dystrophique. Notamment le développement des ulves a été inhabituel cette année-là, ce que j’ai constaté personnellement début juillet 2018, elles commençaient déjà à pourrir au fond. Il faudrait retrouver les courbes d’oxygène de l’eau mais il me semblerait logique que ce taux soit tombé dès début juillet.

Pendant l’été des travaux étaient prévus dans le lit de la basse Durance, du côté de Châteaurenard (digue de protection d’une Zone Industrielle et base de pylône EDF). Du fait des orages, la Durance a eu cet été-là un débit très inhabituel, ce qui menaçait ces travaux. Début août, il a été demandé à EDF de dévier une partie du débit de la rivière dans l’étang de Berre, ce que EDF a fait en ouvrant l’écluse qui envoie l’eau du barrage (sur la Durance) de Mallemort vers les centrales de Salon de Provence et de Saint-Chamas.

Cette eau était particulièrement chargée de limons et nutriments car

  • la Durance était en crue, même s’il s’agissait d’une crue moyenne
  • l’écluse étant sans doute rarement ouverte, les sédiments s’étaient sans doute accumulés en amont, et ils ont été emportés par l’eau ainsi déviée. Ces sédiments étaient sans doute bien chargés de DCO (matières chimiques qui consomment l’oxygène) ou de DBO (matières chimiques qui vont être consommées biologiquement, et cette consommation entraînera une surconsommation de l’oxygène dissous)

Cet apport supplémentaire de DCO et DBO5 a renforcé la crise dystrophique.

À noter que l’eau était tellement chargée que EDF ne l’a pas turbinée, elle est passée par les by-pass, ce qui a pu être photographié

image tirée de l’article précédemment cité

L’étang de Thau a connu lui aussi une crise dystrophique cette année-là, sans doute les pluies de mai-juin 2018 ont-elles touché aussi son bassin. Mais la crise là-bas n’a pas duré bien longtemps

  • parce qu’il n’ y a pas eu les rejets « exceptionnels » EDF
  • et peut-être aussi que son état écologique bien meilleur, et notamment ses herbiers de zostères qui ont consommé une bonne part des nutriments, lui a permis de surmonter cette crise plus facilement.

La pertinence de planter des zostères dans l’étang de Berre dès maintenant

L’étang de Berre a toujours, comme toutes les lagunes, connu des crises dystrophiques estivales. Il s’en relevait juste mieux. Et si le réchauffement climatique en cours risque d’assécher notre région, des printemps humides et les crises dystrophiques liées restent possibles.

Un herbier de zostères marines grand et en bon état devrait alors limiter la gravité d’une telle crise, comme c’est arrivé à Thau en 2018.

Mais il faudrait qu’au prochain été humide, ce soit plutôt les travaux en Basse-Durance qui soient arrêtés plutôt que l’eau de la Durance qui soit déviée vers l’étang de Berre. Ce simple choix devrait limiter les prochaines crises. Espérons que notre administration ait appris sur ce point.

Je n’ai pas d’actions EDF (ou seulement via l’État Français qui est actionnaire à 85% à ma connaissance) et je ne suis même pas abonné (je suis passé chez ENERCOOP il y a des années et y suis encore, même si j’ai depuis changé d’avis sur le nucléaire et imagine parfois retourner chez EDF…) mais je pense personnellement que la crise de 2018 n’a pas démontré que le niveau de rejet actuel (1,2 milliards de m3/an) était inacceptable pour l’étang. OK une baisse à 600 millions serait plus sûre, mais si pour faire l’électricité (de pointe) qu’une telle baisse nous coûterait il faut utiliser des moyens thermiques (et créer du CO2 supplémentaire), en l’état actuel de mes connaissances je ne suis pas sûr qu’il faille la faire.

Si on arrive à créer un grand herbier dans les conditions actuelles, et qu’il résiste à la prochaine crise (en permettant à tout l’étang de mieux la traverser) alors on aura démontré que les conditions actuelles sont viables. Sinon c’est qu’il faut réduire.

C’est pour cela que je pense qu’il faut tenter de recréer un herbier de zostères marines dès maintenant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s